La transition : au delà du physique

Hello les Belles,

Nous faisions un point sur les deux plus grandes idées reçues que l’on se fait sur le retour au naturel quand on s’apprête à se lancer dans l’aventure.

Aujourd’hui, nous allons mettre l’accent sur un terme qui se présente forcément à un moment ou à un autre quand on souhaite passer au naturel, que cela soit évoqué consicemment ou non. Il s’agit de la transition.

La transition, c’est quoi ?

La définition la plus évidente est la suivante : la transition est la période qui s’écoule entre le dernier défrisage et la coupe des derniers cheveux défrisés. Selon cette définition, une transition est encadrée par deux actions effectuées sur la chevelure qui notifient le début de la transition (le dernier défrisage) et sa fin (la coupe des derniers cheveux défrisés).

Durant cette période, deux textures de cheveux cohabitent plus ou moins longuement, les repousses et les longueurs chimiquement traitées (cf le schéma que nous avons réalisé ci-dessous). Les deux défis majeurs que cela implique sont donc :

– d’harmoniser la coiffure

– de maintenir souplesse et force au niveau des deux textures grâce à des soins adaptés

Cette étape a aussi deux gros atouts, elle permet de profiter de la longueur acquise avec les cheveux défrisés tout en bénéficiant du volume et de la texture présents aux niveau des repousses.

Néanmoins, la transition est bien plus qu’un processus purement physique. La vraie transition est beaucoup plus longue et c’est elle qui pose le plus de problèmes. Nous pourrions la définir ainsi : la transition est la période entre la décision de passer au naturel et l’acceptation de sa réalité.

Selon cette définition, on peut très bien avoir coupé ses pointes défrisées et être encore « en transition ». Pour tout changement physique majeur, nous avons besoin de temps pour accorder notre apparence avec la représentation que nous en en faisons.

C’est la raison pour laquelle il y a des personnes qui changent souvent d’apparence physique : elles ne se sentent tout simplement pas figées dans un style alors que pour d’autres personnes le moindre changement requiert un travail psychologique important.

C’est aussi la raison pour laquelle des retours au naturel peuvent ne pas aboutir ou se faire sur plusieurs années après des tentatives avortées. Il faut prendre le temps d’être en accord avec soi-même.

le conseil bellebene : soyez à l’écoute de votre envie profonde et faîtes-vous accompagner si besoin, c’est la clef d’une transition réussie !

D’ailleurs, y a-t-il parmi vous des personnes qui ont transitionné ? Comment cela s’est-il passé ? Etiez-vous psychologiquement prête à vous accepter au naturel ? Racontez-nous !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s