Afrostream, le Netflix africain

« It showed me that we are connected as African-Americans and Afro-Europeans and Africans. I believe that we are bound together. I believe from the bottom of my heart that we are all bound. We have this invisible connection because we share the same cultural heritage »

Tonjé Bakang, fondateur d’Afrostream

Je pense qu’il fallait vraiment vivre sur une autre planète ces dernières semaines pour ignorer le lancement de la première plateforme de video on demand dédiée à la diaspora africaine, Afrostream.

Je tenais à partager avec vous une interview de son créateur,Tonjé Bakang, décrivant sa startup comme le Netflix Africain et qui m’a littéralement bouleversée (oui, je suis encore sous le coup des hormones, maybe)

A lire ici

Bouleversée car j’y ai retrouvé une réponse si évidente à un questionnement que bon nombre d’ entrepreneurs afropéens traversent en se lançant dans les affaires : « est ce que je ne m’enferme pas dans la communauté en créeant un service pour des gens qui me ressemblent? ». Cet espèce de complexe à affirmer haut et fort que « oui, nous créeons des entreprises principalement pour nous » et cette difficulté à faire revêtir à nos entreprises un visage « multiracial » ou « multiculturel » qui n’est pas la volonté de départ. La France a tellement de difficulté à accepter le communautarisme que nous nous sentons souvent dans l’obligation de nous travestir pour « plaire à tout le monde ». Le prisme franco-français nous fait souvent oublier que nous appartenons à la diaspora africaine, diaspora qui, à travers les siècles et les océans, a su conservé un socle culturel commun.

Je me suis bien évidement reconnu dans le passage où il décrit nos adolences où nous attendions les dernières cassettes de clip, les mercredis après midi sur MCM à regarder Martin & Moesha.  J’en parlais d’ailleurs sur le blog ici il y a quelques années.

J’espère que cet article sucitera un déclic chez beaucoup qui hésitent : des gens qui nous ressemblent, il y en a beaucoup, et ils ne constituent peut être pas un marché « évident » pour les banquiers et investisseurs français, mais peut être pour des américains, des nigérians, ou des chinois. –> Black is global.

Bouleversée aussi par son humilité. Un parcours semé d’embûches, d’opportunités perdues, de coups bas… Une phrase qui m’a saisie « I was a failure ». C’est fort, c’est puissant, c’est poignant. Ca l’est d’autant plus à l’aune de son parcours et de ce qu’il a réussi à créer aujourd’hui.

Bouleversée aussi par la visible importance qu’il accorde à leurs regards sur son parcours, à l’éducation qu’il a reçue, aux efforts qu’ils ont consenti pour qu’ils deviennent ce qu’il est aujourd’hui. Waowww. Tout est dit !

Bref, vous l’aurez compris, je suis fan !

Longue vie à Afrostream

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s